23 avril 2010 (ARGENTINE)

Au pied des Andes

Rien à voir avec tout ce qu’on a pu découvrir jusqu’à présent. Nous nous retrouvons au coeur des Andes et de la culture indienne, à 1200m d’altitude mais dans un climat tempéré, étant si près de Tropique du Capricorne.

Salta a conservé de très beaux bâtiments coloniaux et nous séduit surtout avec son musée archéologique : 3 momies y sont exposées dans un état incroyable de conservation. Il y a une quinzaine d’années, des scientifiques ont découvert 2 enfants de 6 ans et une jeune fille de 15 ans à 6700m d’altitude, sur les pentes du volcan Llullaillaco. Ils avaient été offerts en sacrifice par les Incas il y a 500 ans. Ca paraît plutôt glauque de notre vision occidentale mais selon leurs croyances, les enfants ne mourraient pas mais partaient rejoindre leurs ancêtres pour veiller sur le peuple inca. C’était une faveur car ils se voyaient élevés au rang de divinité ! Nous ne les envions pas mais quel témoignage de cette époque avec ces momies, leurs vêtements et leurs jouets.

Pour en savoir + sur les enfants du Llullaillaco :

http://www.tripteaser.fr/argentine/reportage/572/les-enfants-congeles-du-llullaillaco

Salta reste une grosse ville assez touristique où les belles bâtisses sont noyées au milieu d’immeubles sans charme. Seule la place centrale nous séduit.

Nous partons donc rapidement à l’assaut des Andes. Tout de suite, il faut nous acclimater avec l’altitude car nous allons grimper grimper pendant 1 semaine.

Au bas de la montagne, après un petit shoot de coca (en homéopathie bien sûr !) + l’astuce locale : avoir une petite pierre de la montagne sous la langue pendant toute la montée.

1ère étape : la boucle Salta – Cafayate.
Notre ascension se fait au milieu de montagnes à la terre très rouge et à la végétation intensément verte. Cela nous rappelle un peu la région de Missiones. Le ciel gris et bas apporte une atmosphère de bout du monde. Petit à petit, la montée nous fait sortir des nuages et à 3348m, le col apparaît sous un grand ciel bleu qui ne quittera plus pendant tout notre périple. Tout le monde gère bien l’altitude pour le moment, ouf !

De l’autre côté du col, le paysage change du tout au tout : grande plaine désertique traversée par l’immense Ruta Tintin, ligne droite de 14 km. C’est sec, ultra sec. Roches rouges, grises, noires, variant selon la lumière et étendues parsemées de cactus géants. Nous arrivons un peu épuisés par cette route de terre à Cachi. Quelle récompense ! Ce village est un havre de paix. Rescapé de l’époque coloniale, ses rues tranquilles sont ravissantes avec ces petites maisons blanches et sa place arborée. Nous craquons pour ce coin de paradis.

Le lendemain, nous reprenons ce chemin caillouteux et traversons de multiples villages, des paysages étonnants parsemés de petites chapelles grandes et petites. La majorité sont décorées de draps rouges car elles sont dédiées au gaucho Gil, sorte de robin des bois du XIXè S. A 40km/h, on a le temps d’apprécier le paysage et de bouffer de la poussière ! C’est prix à payer pour être au milieu de roches incroyables.

Etendue de poivrons en train de sécher

Les cimetières colorés toujours en haut des montagnes

L’érosion a vraiment fait un travail fascinant dans ces contrées extrêmement arides. Telles des oasis, des villages et des plaines vertes agrémentent la vue en fond de vallée. La quebrada de las conchas en est un beau concentré : c’est 50km de patchwork rocheux. Gros cailloux rouges, orange ou marron, terre blanche, grise ou noire, formes arrondies ou acerbes. On en prend encore plein la vue.

La boucle se termine par un petit resto typiquement argentin après 3 jours de route. Grandes tables, en terrasse couverte, très conviviale. Vive le hasard, nous nous retrouvons à côté d’une famille où le grand-père, Federico, est ravi de pouvoir parler français. Espagnol, il a passé son enfance  à Toulouse, puis s’est installé en Argentine pour fuir les guerres européennes. Sacré caractère, il se marie en 10 jours avec la fille d’un indien calchaquie. Aventuriers dans l’âme, ils partent pour 14 mois de voyage (en 1959) pour parcourir tout le continent américain en voiture. Un mentor pour nous ! Il nous donne de précieux conseils pour la suite de notre parcours dans la région. Le bonheur des rencontres …

2 commentaires

de Hervé
Posté le 23/04/2010 à 9 h 36 min

Que c’est beau !!!!

de Xtof
Posté le 26/04/2010 à 5 h 30 min

tu t’ais fait teindre les cheveux en blanc, Vévé ??

Laisser un commentaire...

Votre nom : (obligatoire)
Votre email : (obligatoire - non publié)


Votre commentaire :

Envoyer